(CNN) – Un haut responsable du département d’État américain a déclaré vendredi que Washington «discutait des droits de l’homme avec le Qatar et d’autres partenaires dans cette région à tous les niveaux», ajoutant: «Nous continuerons à le faire longtemps après la fin de la Coupe du monde. ”

Les déclarations du responsable interviennent avant la visite du secrétaire d’État américain Anthony Blinken au Qatar, qui fait face à des accusations de violations des droits de l’homme.

Kerry se rendra à Doha lundi et mardi pour participer au dialogue stratégique entre les États-Unis et le Qatar et pour assister à un match de Coupe du monde.

Le Qatar a fait l’objet d’un examen minutieux pour l’organisation du tournoi, notamment pour les abus contre les travailleurs migrants, ainsi que pour la discrimination à l’égard des personnes LGBT et des femmes.

Le sous-secrétaire d’État américain adjoint aux affaires du Proche-Orient, Daniel Benaim, a déclaré lors d’une conférence téléphonique que la Coupe du monde “offrait l’occasion d’améliorer encore notre coopération dans les domaines de la sécurité, des échanges culturels, de la lutte contre la traite des êtres humains, des questions de travail et de nombreux autres issues.”

Il a ajouté: «Les questions de travail, comme je l’ai dit, ont été un sujet régulier dans nos discussions en cours avec le gouvernement qatari, et elles précèdent la Coupe du monde et le resteront, y compris la visite du sous-secrétaire d’État américain à la sécurité civile, à la démocratie et les droits de l’homme Ezra Zia.

Il a poursuivi : “En ce qui concerne l’emploi en particulier, ils se sont lancés dans un programme de réformes depuis plusieurs années, je pense en grande partie par héroïsme, notamment les conditions de travail, le salaire minimum, la facilitation des changements d’emploi et autres”.

Il a déclaré : “Nous avons eu un dialogue continu et approfondi sur ces points et sur la mise en œuvre complète de ces réformes qui sont en cours et que nous prévoyons de poursuivre pendant un certain temps”.

Selon Human Rights Watch, les travailleurs migrants qui ont travaillé à la construction des infrastructures du tournoi ont fait face à des abus « y compris des frais de recrutement illégaux, des vols de salaires, des blessures et des décès, et les réformes introduites par les autorités qataries sont arrivées trop tard ou étaient trop faibles ».

En réponse à une question sur la « discrimination » pratiquée par l’État qatari contre les homosexuels, Daniel Benaim a déclaré : « Il y avait une assurance générale de l’émir du Qatar (cheikh Tamim bin Hamad) aux fans que son pays et la Coupe du monde sont ouvert à tous et bienvenue”, ajoutant que “c’était l’une des questions dont nous avons discuté avec le gouvernement qatari et nous continuerons à discuter”.

Et l’émir du Qatar avait dit, plus tôt, que “les visiteurs sont censés respecter notre culture”.

Selon Human Rights Watch, le Code pénal qatari « punit les relations homosexuelles d’une peine allant jusqu’à 7 ans de prison ».



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *