Atlanta, États-Unis (CNN) – Le Premier ministre libyen, Abdel Hamid al-Dabiba, chef du gouvernement d’unité nationale libyen internationalement reconnu, a annoncé lors d’une réunion ministérielle, lundi, que les élections se tiendront en 2023, selon le Agence de presse libyenne (LANA), qui a lieu. Siège social à Tripoli.

“L’année 2023 sera l’année de la tenue d’élections”, a déclaré Dabaiba, cité par l’agence.

Lors de la première réunion du cabinet cette année, le Premier ministre a déclaré que la position de son gouvernement sur les élections était “ferme et cohérente”, a indiqué l’agence.

Dabaiba a déclaré que le gouvernement d’union nationale et la Commission électorale nationale sont pleinement préparés à organiser des élections nationales et que 2023 est l’année de l’unification des institutions, secteurs et organisations civiles.

L’élection soutenue par l’ONU était initialement prévue pour le 24 décembre 2021 – mais a été reportée après que des factions rivales se soient opposées sur les procédures électorales et les candidats à la présidentielle.

Lors de la réunion du cabinet, Dabaiba a accusé les présidents de la Chambre des représentants et du Conseil d’État d’avoir échoué aux élections du 24 décembre 2021 et d’avoir “privé les Libyens de leur droit”.

En novembre 2022, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye et chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, Abdallah Bathily, a déclaré dans un communiqué : « Il est de plus en plus reconnu que certains acteurs institutionnels entravent activement les progrès vers les élections. La véritable volonté politique de ces acteurs doit être testée sur le terrain, nous approchons du 24 décembre, premier anniversaire du report des élections.

Le mois suivant, Bathily a rencontré des personnalités politiques de toute la Libye qui avaient présenté leur candidature aux élections présidentielles. “Je leur ai demandé de discuter entre eux et de convenir d’une proposition unifiée pour sortir de l’impasse dans un délai défini”, a déclaré Bathily dans un tweet à l’époque. « Je les ai encouragés à considérer les aspects juridiques, constitutionnels et de sécurité nécessaires pour créer des conditions équitables pour des élections réussies. Le peuple libyen est déterminé à voir 2023 marquer l’aube d’une nouvelle ère pour leur nation.

La Libye est divisée entre des factions belligérantes depuis 2014, à la suite du soulèvement de 2011 soutenu par l’OTAN contre Mouammar Kadhafi. Dbeiba, le chef du gouvernement d’union nationale, est basé à Tripoli dans l’ouest de la Libye. Le bâtiment du parlement à Tobrouk, dans l’est du pays, abrite un gouvernement rival dirigé par le Premier ministre Fathi Bashagha. Bashagha tentait d’entrer et de prendre le contrôle de Tripoli parce qu’il prétend que le gouvernement d’union nationale est illégal et devrait démissionner. Le gouvernement d’unité nationale a rejeté cela et a affirmé que le pouvoir devait être transféré pacifiquement par le biais d’élections et non par la force.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *