• « Face au changement climatique, changeons de modèle ! Quelque 1 200 ont réclamé dans le centre de la capitale


  • En plus de Madrid, des mobilisations ont été menées dans 16 autres villes espagnoles


  • Cette décennie est clé, il faut passer à des modèles sans énergies fossiles, de manière juste et démocratique, disent les participants

La manifestation centrale a eu lieu à Madrid, au cours de laquelle, selon la délégation gouvernementale, un 1 200 personnes, dont des représentants de plus de cinquante organisations faisant partie d’Alianza por el Clima. La marche a commencé vers 18h00 à Atocha pour se terminer sur la Plaza de Colón.

« Face au changement climatique, changeons de modèle !a-t-on lu en tête de la manifestation de Madrid, qui s’est déroulée sous la pluie, malgré ce que les participants ont qualifié de “justice climatique maintenant” et ont rappelé qu’il est encore temps d’agir.

Les participants ont également porté des pancartes avec des messages tels que “défendre le climat, défendre les peuples », « stop CO2 » ou “Crise climatique = crise des droits de l’homme”.

Les organisations sociales ont ainsi dénoncé le “manque d’ambition” dont font preuve les gouvernements à la COP27 et qui “condamne la planète à un réchauffement climatique bien supérieur à 2 degrés Celsius”.

Plus précisément, le directeur exécutif de Greenpeace Espagne, Eva Saldanaa déploré, dans des déclarations à Europa Press, que les grandes entreprises et les gouvernements “accélèrent continuellement le pouls pour continuer à bénéficier de chiffres d’argent obscènes” tout en “retardant l’action climatique”.

Selon lui, c’est ce qui se passe à la COP27, où il est devenu moche que “de nouveaux mécanismes de financement ne soient pas créés pour que les pays du sud global ont des voies de décarbonation» ni « en tenant compte des écosystèmes précieux qui sont en train de disparaître ».

“Face à cela, nous exigeons des responsabilités”, a-t-il ajouté, pour souligner qu’il est encore “tout à fait temps” d’agir. « Il est important que l’engagement du 1,5º de Paris reste vivant. Les solutions sont sur la table et elles doivent être mises en œuvre avec une volonté politique », a-t-elle affirmé.

En revanche, il a critiqué le négationnisme climatique du président de la Communauté de MadridIsabelle Diaz Ayuso, à quoi il a rappelé qu’« il y a plus qu’assez de preuves » de ce problème, comme on l’a vu dans les « incendies monstrueux » cet été en Espagne ou dans des « inondations comme celles au Pakistan ».

La COP27 “n’est pas à la hauteur”

D’autre part, le porte-parole de l’Alliance pour le climat, Sac à main Tabernacle, Il a indiqué avoir le même sentiment avec la COP27 qu’avec les « 26 sommets précédents », que « ce n’est pas à la hauteur du défi ». “Les pays n’atteignent pas les engagements nécessaires pour faire face à la crise et, néanmoins, il y a 25% de représentation en plus des compagnies pétrolières et gazières, ce qui est très significatif”, a-t-il averti.

De même, il a déclaré que quelque chose peut encore être « fait » face au changement climatique : « Cette décennie est clé. Nous devons passer à des modèles sans énergies fossiles, de manière juste et démocratique. « Nous sommes en train de prendre les décisions et les engagements dont nous avons besoin. Nous sommes encore à temps pour arrêter cela », a-t-il conclu.

De même, l’autre porte-parole de l’Alliance pour le climat, Martina di Paula, a qualifié de “désespéré” de voir “comment ça continue encore une fois sans arriver nulle part” et “sans avoir d’ambition politique” à la COP27. En ce sens, elle a souligné qu'”aucun nouveau traité ne sortira” et “ceux déjà signés ne sont pas respectés”.

En plus de Madrid, des mobilisations ont été menées dans 16 autres villes espagnoles dans le cadre de la journée mondiale d’action pour le climat à l’occasion de la première semaine de la COP27.





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *