Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) – La commission des communications du Parlement égyptien a accepté de modifier certaines dispositions de la loi de réglementation des télécommunications afin d’augmenter la sanction pour l’importation ou la possession de dispositifs de renforcement du réseau mobile sans obtention d’une licence de l’autorité responsable. Les représentants et les responsables ont souligné l’importance des amendements pour arrêter l’utilisation de ces appareils, qui affectent la qualité des services de communication et la sécurité nationale, ont-ils déclaré.

En juillet dernier, le gouvernement a approuvé un projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi de réglementation des télécommunications promulguée par la loi n° 10 de 2003, puis le Sénat a approuvé le projet de loi le 30 octobre, et il a été renvoyé pour discussion à une commission mixte d’examen constitutionnel et affaires législatives, communications et technologie. Informations sur la maison.

Ahmed Nashat Mansour, député de la commission des communications et des technologies de l’information à la Chambre des représentants, a déclaré que la commission avait approuvé en principe un projet d’amendement à certaines dispositions de la loi de réglementation des communications promulguée par la loi n° 10 de 2003, dans le but d’augmenter la sanction pour importation ou possession illégale d’appareils de renforcement du réseau mobile. Pour préserver la sécurité nationale, soulignant que ces appareils sont illégalement introduits en contrebande dans le pays sans obtenir les licences nécessaires, ce qui a incité le gouvernement à soumettre un amendement visant à augmenter la sanction afin de réglementer l’importation et l’utilisation de ces appareils.

Le projet d’amendement à la loi de régulation des télécommunications prévoyait le remplacement du texte des articles (44-alinéa premier) et (77) de la loi par deux nouveaux textes interdisant la possession, l’utilisation, l’exploitation, l’installation ou la commercialisation de tout équipement de télécommunication sauf après obtention un permis pour le faire de l’Autorité de régulation des télécommunications, et le durcissement de la peine pour quiconque le fait sans licence.

Nashat a ajouté, dans des déclarations exclusives à CNN en arabe, qu’en raison de la gravité des dispositifs de renforcement de réseau sans licence, 3 paragraphes ont été ajoutés aux articles de la loi pour augmenter les peines pour les propriétaires de ces dispositifs, jusqu’à l’emprisonnement de rigueur, pour dissuader les propriétaires de ces appareils, qui se sont considérablement répandus au cours de la dernière période, ce qui a eu un impact négatif sur la faiblesse des réseaux mobiles, car ces appareils conduisent à renforcer le service pour ses utilisateurs et à déranger les autres utilisateurs.

L’article 77 du nouveau projet de loi réglementant les communications prévoit une peine d’emprisonnement d’au moins un an et d’au plus 5 ans, et une amende d’au moins 2 millions de livres et d’au plus 5 millions de livres (81,5 milliers de dollars). ), ou l’une des deux peines, pour les importateurs et les fabricants d’équipements de télécommunications sans avoir obtenu de licence, et la peine peut aller jusqu’à l’emprisonnement provisoire si les appareils sont utilisés dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale.

Ahmed Nashat Mansour a déclaré que ceux qui souhaitent utiliser des dispositifs de renforcement de service peuvent les obtenir auprès des entreprises de téléphonie mobile, et ces dispositifs doivent être conformes aux spécifications et obtenir une licence de l’Autorité de régulation des télécommunications.

Pour sa part, Hossam El-Maadawy, PDG du secteur institutionnel, Etisalat Company de &e, a déclaré que les amendements à la loi de réglementation des télécommunications sont une initiative positive pour résoudre le problème des dispositifs illégaux, qui affectent l’efficacité du travail de communication. réseaux et nuisent à la qualité du service fourni aux clients, indiquant que ces appareils sont utilisés pour renforcer le niveau du signal sans fil, mais il est fabriqué dans des endroits qui ne sont pas soumis à un contrôle technique ou à des mécanismes garantissant la qualité du produit et sa capacité à fonctionner de manière compatible avec les réseaux d’exploitation.

El-Madawy a souligné, dans des déclarations exclusives à CNN en arabe, les effets négatifs des dispositifs de relais illégaux, qui causent des interférences aux stations opérant dans la zone environnante, causant des dommages à la qualité du service que les utilisateurs reçoivent pour les réseaux dans cette zone, soulignant que l’Autorité nationale de régulation des communications mène des campagnes pour saisir et confisquer les appareils contrevenants et entrer illégalement sur le marché.

La NTRA a saisi plus de 1 900 appareils amplificateurs de signal illégaux au cours de la dernière période, dans le cadre des campagnes de la NTRA pour lutter contre la propagation de ces appareils.

Le Dr Amr Badawy, ancien chef de l’Autorité de réglementation des télécommunications, voit l’importance d’approuver les amendements à la loi de réglementation des télécommunications pour contrôler les dispositifs de relais sans licence, qui affectent négativement les performances des services de réseau mobile et affectent la sécurité nationale égyptienne.

Badawi a suggéré, dans des déclarations exclusives à CNN en arabe, que la modification de la loi soit limitée aux appareils de relais uniquement et non à tous les équipements de communication, que certains peuvent acheter à l’étranger pour leur usage personnel, et ne causent aucun dommage aux réseaux mobiles.

Les amplificateurs de signal illégaux affectent négativement la qualité des services vocaux dans les zones résidentielles dans un rayon de 3 à 7 kilomètres, selon les données de l’Autorité de régulation des télécommunications.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *