Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) — Le taux d’avortements enregistrés aux États-Unis a diminué de 2 % entre 2019 et 2020, selon de nouvelles données des Centers for Disease Control and Control (CDC) des États-Unis.

Le CDC sollicite chaque année des données sur l’avortement auprès des 50 États et d’autres juridictions, y compris le district de Columbia et la ville de New York, afin que les chercheurs puissent les comparer avec les données de recensement et de naissance.

Les derniers résultats de l’examen des données, publiés mercredi, montrent que 615 911 avortements ont été pratiqués en 2020 dans les 48 zones déclarantes qui ont fourni des données annuelles entre 2011 et 2020, contre 625 346 avortements en 2019.

Entre 2019 et 2020, le taux d’avortement dans ces régions est passé de 11,4 pour 1 000 femmes âgées de 15 à 44 ans à 11,2 pour 1 000 femmes.

De 2011 à 2020, le nombre total d’avortements signalés a diminué de 15 % et le taux d’avortement a diminué de 18 %.

Le taux d’avortement, c’est-à-dire le nombre d’avortements par naissance vivante, a également diminué entre 2011 et 2020 dans l’ensemble, mais a légèrement augmenté entre 2019 et 2020, le nombre total de naissances ayant diminué au cours de la première année de la pandémie de COVID-19.

Plus de 80 % des avortements en 2020 ont été pratiqués à ou avant la neuvième semaine de grossesse, et plus de 93 % ont été pratiqués à ou avant 13 semaines.

La capitale a connu le taux le plus élevé de 23 cas pour 1 000 femmes, dont 50% étaient des femmes dans la vingtaine qui l’ont fait cette année-là, tandis que les adolescentes de moins de 15 ans et les femmes de 40 ans et plus ont enregistré le taux d’avortement le plus bas, estimé à 0,2. % et 3,7 %, respectivement.

Les femmes, blanches et à la peau foncée, ont enregistré les taux d’avortement les plus élevés en 2020, atteignant respectivement 32,7% et 39,2%.

Environ 13,7 % des femmes qui ont avorté étaient mariées.

Le CDC a également identifié quatre décès liés à l’avortement en 2019, l’année la plus récente pour laquelle les données ont été examinées, et tous les cas étaient liés à l’avortement légal.

Les chercheurs ont noté que la pandémie de COVID-19 pourrait avoir affecté les chiffres, y compris les fermetures de cliniques et les changements de pratique. De même, il peut y avoir des changements dans les taux de grossesse en raison d’une diminution de l’activité sexuelle pendant la pandémie.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *