(CNN) – Le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a averti lundi que son pays “ne prévoyait pas” de fournir du pétrole ou ses produits aux pays qui imposeront un plafond sur le prix des exportations de pétrole de Moscou, selon les médias d’État russes.

Novak a déclaré que si un tel plafond était imposé, la Russie « redirigerait ses exportations vers des partenaires commerciaux ou réduirait sa production ».

Et les ministres des Affaires étrangères des pays du Groupe des Sept ont annoncé, dans une déclaration commune au début du mois, qu’ils « termineraient la mise en œuvre du prix maximum du pétrole russe transporté par mer dans les semaines à venir ».

Auparavant, le secrétaire d’État américain Antony Blinken avait défendu le plafonnement des prix du pétrole russe par le Groupe des Sept.

“(La Russie) veut vendre de l’énergie pour financer la guerre contre l’Ukraine, mais au moins plafonner ce qui fait que les aspects négatifs de la Russie continuent de vendre moins d’énergie, tout en s’assurant que l’énergie continue de rester sur le marché, ” il a dit.

Blinken a minimisé les craintes qu’un tel mécanisme se retourne contre lui et fasse grimper les prix du gaz au milieu des menaces du Kremlin d’arrêter les ventes de pétrole aux pays qui appliqueraient un plafonnement des prix.

La Grande-Bretagne a adopté une législation empêchant les pays d’utiliser ses services pour transporter du pétrole russe à moins qu’il ne soit acheté au prix maximum ou en dessous du prix maximum qui sera offert à partir du 5 décembre, selon un communiqué du Trésor britannique.

Selon l’agence de presse russe “Tass”, Novak a indiqué que l’application d’un plafond de prix pour les ressources énergétiques, ainsi que la “politisation” de ce secteur, “ne peuvent qu’entraîner des pénuries et des problèmes d’approvisionnement”.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *