Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) – Mona Seif, sœur d’Alaa Abdel Fattah, un militant politique égyptien de nationalité britannique, a annoncé vendredi qu’elle avait demandé une grâce présidentielle pour lui, tandis que Tariq Al-Awadi, membre du comité de grâce présidentielle, a déclaré que le comité avait reçu la demande. .

Saif a déclaré via son compte Twitter : « Ci-joint le texte de la demande de grâce que j’ai soumise aujourd’hui, confirmant ma demande précédente et ma volonté de prendre toutes les méthodes légales disponibles qui garantissent une solution à la crise de mon frère et son retour parmi nous, mais principalement son retour à son fils.

Selon une copie de la demande soumise au président égyptien Abdel Fattah El-Sisi : « Nous vous demandons de rendre une décision de gracier Alaa Ahmed Seif El-Islam Abdel-Fattah, en activant le texte de l’article 155 de la Constitution égyptienne, qui stipule : Le Président de la République, après consultation du Conseil des Ministres, gracie ou réduit la peine. Ceci est similaire à la récente décision rendue par vous n ° 510 de 2022 graciant la peine prononcée contre l’avocat Ziad Al-Alimi.

L’avocat Tarek El-Khouly, membre du parlement égyptien et membre du comité de grâce présidentiel, a annoncé le mois dernier que le président égyptien avait publié un décret républicain graciant l’activiste politique et ancien député Ziad El-Alimi.

Al-Khouli a déclaré, sur sa page Facebook, qu’Al-Sissi avait rendu une décision républicaine de gracier Ziad Al-Alimi, “en réponse aux appels des partis, des forces politiques, de la coordination des partis de jeunesse et des politiciens, et du Comité de grâce présidentielle”. .”

Al-Khouli a ajouté, à l’époque, que cela « vient compléter l’appel du président Sissi à activer le travail du comité de grâce présidentiel ».

Le ministère égyptien de l’Intérieur avait annoncé l’arrestation de Ziad El-Alimi en juin 2019, accusé de participation à un “complot hostile visant à renverser l’État”, puis une condamnation à 5 ans de prison a été prononcée contre lui en novembre 2021. .

Mona Seif a ajouté lors de la demande que “Alaa est le frère aîné et le fils unique de ma mère, Laila Soueif, et notre grand besoin de lui, surtout après la mort de mon père il y a 7 ans, et considérant que c’est un jeune homme qui a perdu sa vie, il a perdu une carrière, il veut reprendre ce qu’il en reste.

Et elle a poursuivi: «Les considérations les plus importantes sont qu’Alaa est le père d’un fils célibataire diagnostiqué autiste, qui aura onze ans à la fin de cette année, car il a finalement été diagnostiqué en 2014 avec l’autisme, et dans Khaled’s cas, il est incapable de parler.

De même, l’avocat Khaled Ali a déclaré sur sa page Facebook : « Après la fin de l’iftar de la famille égyptienne au cours du dernier Ramadan, au cours duquel le président de la République a été appelé au dialogue national, le mouvement civil a soumis des listes de prisonniers d’opinion, appelant à la la libération des personnes placées en détention provisoire et la grâce de celles prononcées à leur encontre par des décisions judiciaires. Ces noms sont le nom d’Alaa Abdel Fattah.

Il a ajouté: “Une déclaration attribuée au comité d’amnistie est sortie selon laquelle la famille n’avait pas soumis de demande de grâce, alors Mona Seif a soumis une demande de grâce à la position du comité, et une déclaration est apparue à l’écran indiquant que la demande avait été acceptée, joint à ce post une copie de ce message à l’écran, et Mona Seif puis en écrivant au Post qu’elle avait demandé la grâce pour son frère, et c’était en juin 2022, et dans le premier commentaire vous trouverez le lien poste de moi.

Il a poursuivi: “Dr. Ahdaf Soueif a également déposé une demande, remise en main propre à l’ambassadeur Mushira Khattab, pour envoyer, par l’intermédiaire de son bureau au Conseil national des droits de l’homme, une demande de grâce, et hier j’ai écrit sur ma page un appel au président de la République pour qu’il pardonnez Alaa, Baqir, Al-Qasas, Doma, Wad Aboul Fotouh et un certain nombre d’autres prisonniers d’opinion. Prononcer une décision de libération de toute personne se trouvant en détention provisoire depuis plus de deux ans.

Il a déclaré: “Aujourd’hui, nous avons envoyé une nouvelle demande d’amnistie signée par Mona Seif et sa photo est jointe à ce message, et nous sollicitons également l’approbation des Nations Unies, l’organisateur de la conférence sur le climat, afin de tenir une presse conférence à Charm el-Cheikh, au cours de laquelle Sana Seif a soumis sa demande à la présidence de gracier son frère, dans l’attente d’une décision Dans la demande de grâce, nous adhérons à la demande de permettre la mise en œuvre de la décision du procureur général de m’autoriser à visiter Alaa dans sa prison dans les prochaines heures.

Il a déclaré: “Nous frappons à toutes les portes en quête de liberté et de dignité pour nos chers compatriotes, créant publiquement une nouvelle voie d’une manière qui satisfasse toutes les parties et nous pousse tous à faire des pas dans la bonne direction.”

Pour sa part, Tariq Al-Awadi, membre du comité de grâce présidentielle, a déclaré à l’émission télévisée “Akher Al-Nahar”, que le comité avait reçu une demande officielle de la famille d’Alaa Abdel-Fattah, et a ajouté que “la famille avait n’a jamais présenté de demande au comité de grâce, mais le nom d’Alaa figurait sur les listes. Lequel est examiné par une commission à la demande du mouvement civil » et a déclaré que « les termes de la grâce présidentielle s’appliquent à Alaa Abdel-Fattah dans le cas où il est emprisonné ».

Le membre du parlement égyptien, Mustafa Bakri, a commenté, via son compte Twitter, la demande de Mona Seif, en disant : “L’humiliant, après avoir calomnié l’Egypte et ses dirigeants, et intimidé à l’étranger, vive l’Egypte”.

Il convient de noter que le gouvernement britannique s’est engagé à déployer des efforts inlassables pour la libération d’Abdel Fattah, qui détient la nationalité britannique et est considéré comme l’une des personnalités éminentes du soulèvement de 2011, mais Le Caire considère cette question comme une question liée à la justice égyptienne. et le principe de la séparation des pouvoirs doit être respecté.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a déclaré à CNN qu’Abdel Fattah “a bénéficié d’un procès équitable” en présence d’une “représentation légale”.

Le militant égyptien avait annoncé dimanche le début de sa grève de l’alcool, une escalade après 200 jours de grève de la faim.

Et le parquet égyptien a publié un communiqué, jeudi soir, dans lequel il précise que le rapport de la commission médicale chargée de révéler l’état de santé de l’activiste indiquait que ses “signes vitaux” étaient dans le cadre normal, et concluait ainsi que son la grève de la faim était “douteuse”.

Il est à noter que le président égyptien a confirmé lors d’une rencontre avec son homologue américain, Joe Biden, en marge du sommet sur le climat, que l’Égypte avait pris des mesures dans le cadre du « développement » de la situation des droits de l’homme en son sein, et a énuméré parmi elles le lancement de l’Initiative de dialogue national.

Al-Sissi a ajouté : « Nous avons lancé une stratégie pour les droits de l’homme en Égypte, puis nous avons lancé une initiative de dialogue national en avril de cette année, et elle a été accompagnée d’un comité de grâce présidentiel qui a suivi diverses questions, et les listes les concernant ont été signés et ratifiés.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *