(CNN) — Le Hamas a démenti lundi que les autorités turques aient imposé des restrictions aux dirigeants du mouvement qui y résident.

Et le journal israélien “Haaretz” a rapporté que la Turquie avait commencé à limiter les mouvements des dirigeants du “Hamas” à l’intérieur de son territoire dans le contexte de la normalisation des relations et de l’échange d’ambassadeurs avec Israël.

D’autre part, le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré, dans un communiqué publié sur le site Internet du mouvement : « Les allégations publiées par le journal israélien Haaretz selon lesquelles la Turquie a imposé des restrictions aux dirigeants du Hamas qui y résident sont des mensonges et des fabrications qui ont été publiés pour diffamer le mouvement et sa direction. »

Il a ajouté : « Le Hamas entretient de bonnes relations avec la Turquie et cherche à la développer et à la faire progresser avec elle et avec tous les pays arabes et islamiques ».

Il est à noter que le « Hamas » a confirmé dans une précédente déclaration l’année dernière « sa position ferme de rejeter toute forme de normalisation avec l’entité sioniste, y compris l’étape de l’échange d’ambassadeurs », après l’annonce de l’ancien Premier ministre israélien Yair Lapid à l’époque. que la Turquie et Israël ont décidé de renvoyer les ambassadeurs entre les deux pays, après un contact avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Lapid a déclaré, dans un tweet : « Suite à ma conversation avec le président de la Turquie (Recep Tayyip Erdogan), Israël et la Turquie rendront les ambassadeurs et les consuls généraux. Le renouveau des relations avec la Turquie est un atout important pour la stabilité régionale, et économiquement important pour les citoyens d’Israël. Nous continuerons à travailler et à renforcer la position internationale d’Israël dans le monde.

Il a ajouté : “Le rétablissement du niveau des relations diplomatiques constitue une continuation de la tendance positive observée dans les relations entre les deux pays au cours de l’année écoulée, depuis la visite du président Isaac Herzog à Ankara, et les deux visites mutuelles de l’étranger. ministres à Jérusalem et à Ankara.

De son côté, la présidence turque a déclaré, à l’époque, qu’Erdogan “exprimait son soutien à l’établissement d’une coopération et d’un dialogue entre la Turquie et Israël sur une base durable et le respect de chacune des deux parties sur les questions sensibles pour l’autre”.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *