CITÉ DU VATICAN (AP) – Le pape François a averti jeudi les bureaucrates du Vatican de se méfier du diable qui se cache parmi eux, affirmant qu’il s’agit d’un “démon élégant” qui travaille chez les personnes qui ont une manière rigide et plus sainte que vous de vivre la foi catholique .

François a profité de ses vœux de Noël annuels à la Curie romaine pour rappeler à nouveau aux cardinaux, évêques et prêtres qui travaillent au Saint-Siège qu’ils ne sont en aucun cas irréprochables et qu’ils sont, en fait, particulièrement vulnérables au mal.

François leur a dit qu’en vivant au cœur de l’Église catholique, “nous pourrions facilement tomber dans la tentation de penser que nous sommes en sécurité, meilleurs que les autres, n’ayant plus besoin de conversion”.

“Pourtant, nous sommes plus en danger que tous les autres, parce que nous sommes assaillis par le” démon élégant “, qui ne fait pas une entrée bruyante, mais vient avec des fleurs à la main”, a déclaré François aux ecclésiastiques dans la salle des bénédictions du Palais apostolique.

François utilise depuis longtemps son discours de Noël pour dénigrer annuellement les bureaucrates du Vatican, les faisant passer un «examen de conscience» typique de style jésuite pour les aider à se repentir à l’approche de Noël.

Sa critique la plus virulente est venue en 2014, lorsqu’il a énuméré les « 15 maux de la Curie » dont certains souffraient, y compris le « terrorisme des commérages », « l’Alzheimer spirituel » et les doubles vies « hypocrites ». L’année suivante, François a offert un antidote aux péchés en énumérant le “catalogue des vertus” qu’il espérait qu’ils suivraient à la place, y compris l’honnêteté, l’humilité et la sobriété.

Cette année était de ton similaire, mais François semblait également vouloir viser plus largement les archi-conservateurs et les traditionalistes qui sont devenus les plus grands critiques du pape. François a fustigé leur façon de vivre la foi, insistant sur le fait qu’être catholique ne signifie pas suivre un ensemble de dictons immuables, mais plutôt un “processus de compréhension du message du Christ qui ne finit jamais, mais qui nous défie constamment”.

“La véritable hérésie consiste non seulement à prêcher un autre évangile, comme nous l’a dit saint Paul, mais aussi à cesser de traduire son message dans les langues et les modes de pensée d’aujourd’hui”, a déclaré François.

Les catholiques traditionalistes ont dénoncé l’accent mis par François sur la miséricorde et l’ouverture à la marge de manœuvre doctrinale sur des questions telles que les sacrements pour les catholiques divorcés et remariés civilement. Certains sont même allés jusqu’à l’accuser d’hérésie pour certains de ses gestes et prédications, notamment en autorisant des statues “païennes” au Vatican.

François a consacré l’essentiel de son discours cette année à la nécessité d’être vigilant face à l’œuvre du diable, reprenant un thème qu’il a récemment abordé lors de ses cours hebdomadaires de catéchisme avec le grand public.

Il a dit aux bureaucrates du Vatican qu’il ne suffit pas de simplement condamner le mal ou de l’extirper, car il revient souvent sous des formes différentes, plus fortes qu’avant. François a utilisé le terme “nous” à plusieurs reprises, suggérant qu’il s’inclut parmi ceux au Vatican qui doivent rester conscients du diable au milieu d’eux.

“Avant, il apparaissait rugueux et violent, maintenant il apparaît élégant et raffiné”, a-t-il averti. « Nous devons en prendre conscience et encore une fois le démasquer. C’est ainsi que sont ces « démons élégants » : ils entrent en douceur, sans même que nous en ayons conscience », a-t-il dit.

François a raconté l’histoire d’un couvent du XVIIe siècle où la supérieure, Mère Angélique, s’était reformée avec charisme et son monastère après que le mal se soit glissé, mais le diable est revenu sous la forme d’une foi rigide.

“Ils avaient chassé le démon, mais il était revenu sept fois plus fort, et sous couvert d’austérité et de rigueur, il avait introduit la rigidité et la présomption qu’ils étaient meilleurs que les autres”, a averti François.

Certains des critiques de Francis eux-mêmes étaient dans le public avec ses partisans. Le cardinal Angelo Becciu, que François a limogé en 2020 et déchu de ses droits de cardinal après que le pape l’a accusé de faute financière, est revenu à la cérémonie annuelle de Noël.

Becciu est actuellement jugé, avec neuf autres personnes, devant le tribunal pénal du Vatican et nie tout acte répréhensible. François lui a récemment permis de reprendre sa participation aux cérémonies du Vatican, signe que le pape pense qu’il a peut-être sauté le pas en sanctionnant Becciu devant un tribunal statuant sur sa culpabilité ou son innocence.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *