Les avocats de la Trump Organization ont cherché à suggérer que M. Bender était responsable de ne pas avoir alerté les dirigeants, y compris M. Weisselberg et Jeffrey McConney, le contrôleur de la société, que le stratagème fiscal était illégal. Les procureurs, en revanche, ont présenté des preuves indiquant que M. Bender n’aurait pas été responsable des inexactitudes dans les déclarations fiscales de l’entreprise.

La conclusion des procureurs sur leur affaire suggérait que le procès, dont certains experts s’attendaient à durer jusqu’en décembre, pourrait se conclure dès la semaine prochaine, la défense espérant que le témoignage de M. Bender pourrait aider à faire pencher la balance en leur faveur alors que le le jury se prépare à délibérer. Après mardi, les débats s’arrêteront pour les vacances de Thanksgiving et reprendront le 28 novembre.

Le procès concerne un stratagème dans lequel M. Weisselberg et d’autres dirigeants de l’organisation Trump ont reçu une compensation sous forme d’avantages non officiels, notamment la location d’appartements, la location de voitures de luxe et les frais de scolarité dans des écoles privées pour des proches. La société a été inculpée de 17 chefs d’accusation de fraude fiscale, de complot, de plan d’escroquerie et de falsification de documents commerciaux.

Pour prouver la culpabilité de l’entreprise, les procureurs doivent démontrer que M. Weisselberg, qui a perdu son titre cette année mais qui est toujours payé, s’est engagé dans le stratagème “au nom de” l’entreprise. Pour ce faire, ils lui ont posé des questions qui l’ont poussé à témoigner que l’entreprise en avait profité, car le stratagème lui permettait d’éviter de payer plus d’argent à ses dirigeants et au fisc.

Mais le témoignage de M. Weisselberg, qui était requis par son accord de plaidoyer, n’était pas entièrement positif pour les procureurs. Interrogé par un avocat de la société, Alan Futerfas, il a déclaré à plusieurs reprises qu’il avait agi uniquement pour son propre bénéfice, jouant dans leur argument selon lequel, comme leur équipe l’a répété à plusieurs reprises, “Weisselberg l’a fait pour Weisselberg”.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *