(CNN) – L’agence de presse des étudiants iraniens a déclaré mardi que le bureau du procureur a ordonné à la police de “traiter de manière décisive” les femmes qui violent la loi sur le voile.

Des manifestations ont balayé l’Iran depuis septembre dernier, après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, qui a été arrêtée à Téhéran pour avoir soi-disant “ne pas adhérer à la tenue islamique”.

L’agence a déclaré que la sanction pour violation de la loi sur le foulard est une peine d’emprisonnement allant de 10 jours à deux mois, et a cité le procureur général adjoint Abd al-Samad Khorramabadi disant que les tribunaux devraient condamner les contrevenants à des peines supplémentaires.

Il a ajouté que les sanctions supplémentaires qui pourraient être imposées comprennent l’interdiction de quitter le pays, le refus d’accès aux services publics et d’autres sanctions.

Selon la justice, la sanction pour « avoir encouragé et persuadé les autres à enlever le hijab est beaucoup plus sévère car cela équivaut à encourager la corruption ».

L’ordonnance du procureur de la police concernant l’application de la loi sur le voile intervient quelques jours après que le guide iranien Ali Khamenei a nommé Ahmad Reza Radan au poste de nouveau chef de la police et l’a chargé de “maintenir la sécurité et d’assurer le confort du public”, quelques jours avant qu’il ne qualifie les manifestations de ” un acte de trahison ».

Radan faisait partie des responsables iraniens sanctionnés par les États-Unis en 2010 pour violations des droits humains lors des manifestations de 2009 alors qu’il était chef de la police de Téhéran.

Et le mois dernier, alors que des manifestations éclataient dans tout le pays, le procureur en chef iranien, Mohammad Jaafar Montazeri, a déclaré que le parlement et le pouvoir judiciaire révisaient une loi obligeant les femmes à porter le foulard en public, selon le site Internet pro-réforme Entekheb.

La semaine dernière, le guide a déclaré que les femmes qui ne portent pas le foulard “intégral” ne doivent pas être considérées comme “irréligieuses ou opposées au gouvernement”.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *