Depuis plus de 40 ans, Jean Baptiste Saleyo cultive du cacao sur plusieurs hectares de terres familiales en Côte d’Ivoire, un pays d’Afrique de l’Ouest qui produit près de la moitié de l’approvisionnement mondial en matière première utilisée dans les tablettes de chocolat.

Mais cette année, Saleyo dit que les pluies sont devenues imprévisibles et il craint que sa récolte ne soit une nouvelle victime du changement climatique.

“Quand il aurait dû pleuvoir, il n’a pas plu, il n’a pas plu”, a déclaré Saleyo en inspectant la maturité d’une de ses cabosses de cacao. “Il pleut maintenant, mais il est déjà trop tard.”

UNE RÉCESSION DE LA VIANDE APPROCHE-T-ELLE ?

Cacaoculture emploie près de 600 000 agriculteurs ici en Côte d’Ivoire, soutenant finalement près d’un quart de la population du pays – environ 6 millions de personnes, selon le Conseil du café-cacao.

Et il représente environ 15% du PIB national de la Côte d’Ivoire, selon les chiffres officiels.

Sylvain N’goran, cultivateur de cacao depuis 17 ans, tient des fèves de cacao dans ses mains dans le village de Bocanda, en Côte d’Ivoire, le 24 octobre 2022.
(AP Photo/ Diomande Bléblonde)

La production nationale reste sur la bonne voie car la superficie des terres cultivées est en augmentation. Mais les experts disent que les petits agriculteurs souffrent cette année. Pour que le cacaoyer fructifie bien, les pluies doivent arriver au bon moment dans le cycle de croissance. Arriver au mauvais moment risque de provoquer des maladies des cultures.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Certains qui ont l’habitude de produire 500 kilogrammes n’envisagent que 200 kilogrammes cette année, a déclaré Jean Yao Brou, secrétaire général de la coopérative Anouanze, qui aide les agriculteurs à amener leurs récoltes sur les marchés.

“Nos producteurs ont de gros soucis avec la production”, a-t-il déclaré.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *