Téhéran, Iran (CNN) – Les autorités iraniennes ont exécuté deux hommes qui avaient participé à des manifestations anti-régime l’année dernière, après avoir été reconnus coupables du meurtre d’un membre de la force paramilitaire du pays, ou ce qu’on appelle le “Basij”, selon le agence de presse semi-officielle Fars.

L’agence a déclaré que Muhammad Mahdi Karami et Sayed Muhammad Hosseini avaient été exécutés par pendaison tôt samedi matin, après que l’agence judiciaire iranienne a déclaré qu’ils avaient été reconnus coupables du meurtre de Sayed Ruhollah Ajamian, membre de la force Basij, à Karaj le 3 novembre 2022.

Mohamed Hossein Agassi, l’avocat de Karami, a publié samedi sur Twitter un tweet disant que Karami n’avait pas le droit définitif de parler avec sa famille avant son exécution, ajoutant que Karami avait entamé mercredi une grève de la faim sèche en guise de protestation contre les fonctionnaires pour ne pas avoir permettant à Agassi de le représenter.

En décembre dernier, les parents de Karami ont lancé un appel sur les réseaux sociaux pour lui sauver la vie. Le père du champion de karaté de 21 ans a déclaré: “S’il vous plaît, veuillez retirer l’arrêt de mort du dossier de mon fils.”

Il est à noter qu’avec cet événement, le nombre d’exécutions effectuées par le régime iranien en lien avec les manifestations qui ont balayé le pays depuis septembre est passé à 4 personnes.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *