Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) – L’homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris a commenté, lundi, la nouvelle de ses excuses aux professionnels des médias égyptiens après la polémique qu’il a engagée avec un certain nombre d’entre eux après avoir commenté “l’image de la batterie” qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

L’un des tweeters a demandé à Sawiris, via Twitter, son opinion sur la nouvelle de ses excuses aux médias lors d’une soirée privée à El Gouna, à laquelle Sawiris a répondu en disant: “Nonsense”.

La semaine dernière, Sawiris s’est disputé avec des professionnels des médias égyptiens, après avoir commenté une fausse photo satirique d’un certain nombre de professionnels des médias battant des tambours, faisant référence au mot « dumping » utilisé par les Égyptiens pour accuser les professionnels des médias d’exagérer le soutien au régime. .

Et l’un des tweeters a publié une photo de personnes jouant de la batterie, et à la place de leurs têtes se trouvaient des photos des médias, Amr Adib, Ahmed Moussa, Mustafa Bakri, Tamer Amin, Moataz Billah Abdel Fattah et Muhammad Al-Baz, et Sawiris a commenté sur la photo en disant : « Il y a une personne disparue ».

Le commentaire de Sawiris a mis en colère certains des présentateurs des médias sur la fausse photo, et ils ont répondu en attaquant Sawiris. Amr Adeeb Sawiris a déclaré : « Nous n’avons pas gagné à jouer du tambour autant que vous avez gagné à jouer du tambour, Naguib. Il se peut que nos percussions aient eu des votes, mais vos percussions avaient des tours et des dollars. Quelle perte et mon émerveillement.

Ahmed Musa a déclaré : « Honte à toi, Najib. Nous défendons une patrie et un peuple. Nous n’oublierons pas votre rôle et votre chaîne en 2011, que vous avez utilisée pour frapper les forces armées, la police et la justice, alors même que vous étiez plus que riche à l’époque de feu le président Moubarak. C’est l’intérêt de Najib d’abord…. Honte à toi, Naguib… et ce qui est caché est plus grand.

Sawiris a répondu à Moussa en disant : « C’est un honneur pour moi d’avoir participé à la révolution du 25 janvier, et cela restera un point déterminant dans l’histoire de l’Égypte, bien qu’il ait été volé… en raison de la réticence de sa jeunesse à la politique. et ses maux.

De son côté, le journaliste Mohamed El-Baz a déclaré, via son compte Facebook, que « Sawiris est un homme qui souffre d’un grand vide… et parce qu’il souffre d’un vide, vous le croisez de temps en temps pratiquant une forme d’insignifiance, » comme il l’a dit.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *