Dubaï, Émirats arabes unis (CNN) – Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a souligné, lors d’une rencontre avec son homologue irakien Hayan Abdul Ghani, en visite dans le Royaume, l’importance de travailler collectivement dans le cadre de l’accord (OPEP Plus) , et l’attachement de leurs deux pays à la décision du groupe OPEP Plus. Cette dernière, qui s’étend jusqu’à la fin de 2023, ainsi que la possibilité de prendre d’autres mesures pour assurer l’atteinte de l’équilibre et de la stabilité des marchés mondiaux, si le besoin s’en fait sentir.

Et l’agence de presse saoudienne (SPA) a déclaré jeudi: “Les deux parties ont discuté de questions d’intérêt commun dans les domaines de l’énergie et sont convenues d’achever les travaux sur un certain nombre de projets communs d’importance, dans les domaines du gaz, de la pétrochimie, de l’électricité et les énergies renouvelables, et d’intensifier la communication entre les deux parties pour discuter de plus d’opportunités communes. Dans ces domaines et en les traduisant en partenariats tangibles afin de réaliser les orientations des dirigeants des deux pays frères et les aspirations de leurs peuples.

Selon un communiqué conjoint publié par “SPA”, les deux parties ont apprécié “les progrès réalisés dans le projet d’interconnexion électrique entre les deux pays, soulignant l’importance d’accélérer la mise en œuvre du projet et d’augmenter la capacité de la ligne d’interconnexion à l’avenir”. répondre aux aspirations des deux pays en matière d’interconnexion électrique internationale et d’exportation d’énergie électrique.

Le communiqué ajoute : “Les deux parties ont souligné l’importance de renforcer la coopération entre les deux pays dans les domaines de l’électricité et des énergies renouvelables, y compris l’exploitation et la maintenance des réseaux et des centrales électriques, et la coopération dans les projets et le développement des centrales d’énergie renouvelable”.

Selon le communiqué conjoint : « Il a été convenu de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine des technologies propres pour gérer les émissions d’hydrocarbures, dans le cadre des initiatives émanant de l’initiative (Green Middle East) qui s’appuie sur la approche de l’économie circulaire du carbone, qui comprend la mise en place d’un centre de connaissances et d’un complexe régional. Capter, utiliser et stocker le carbone, dans le but de gérer et de réduire les émissions pour lutter contre les effets du changement climatique, soulignant l’importance de l’échange d’expériences dans le domaine de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, y compris le carbone, la réduction des émissions de méthane, la réduction de la combustion de gaz dans torches, et bénéficiant de l’expérience du Royaume dans le programme de remplacement de combustible liquide. .

En Irak, le ministère du Pétrole a déclaré, dans un communiqué publié par l’agence de presse irakienne (INA) : “L’Irak et l’Arabie saoudite ont convenu d’accélérer et de transformer les protocoles d’accord en réalité pratique”.

Le bureau des médias du ministère du Pétrole a déclaré, dans un communiqué reçu par l’agence de presse irakienne (INA), que “le ministre Hayan Abdul-Ghani a affirmé la volonté du gouvernement et du ministère de développer les relations bilatérales avec l’Arabie saoudite dans tous les domaines, en particulier le industries pétrolières, énergétiques et pétrochimiques.

Le ministre irakien a appelé “les entreprises saoudiennes à investir dans le secteur pétrolier et gazier, à travers la mise en œuvre de projets communs”, notant que l’Irak “cherche à fournir un environnement approprié pour le travail des entreprises arabes et internationales”.

Concernant la coopération et la coordination avec l’Arabie saoudite, il a déclaré : “L’Irak soutient les décisions et les accords de l’OPEP et de l’OPEP Plus, car ils visent à atteindre un équilibre entre l’offre et la demande, et conduisent à plus de stabilité sur les marchés mondiaux”.

Il est à noter que le groupe OPEP Plus des principaux producteurs de pétrole, qui comprend l’Arabie saoudite et la Russie, a décidé début octobre de réduire sa production de deux millions de barils par jour à partir de novembre.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït ont récemment démenti les informations selon lesquelles il y aurait eu des discussions entre les membres de l’alliance “OPEP Plus” pour augmenter la production de pétrole.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *